Chimamanda Ngozi Adichie, une histoire du féminisme aujourd’hui

Par : Sandra Kirollos

A feminist is a man or a woman who says, ‘Yes, there’s a problem with gender as it is today, and we must fix it. We must do better.

Traduction :

Un féministe est un homme ou une femme qui dit : « Oui, il y a actuellement
un problème avec le sexe et nous devons y remédier. Nous devons faire mieux. »

Source : https://www.ted.com/talks/chimamanda_ngozi_adichie_we_should_all_be_feminists

Auteure de 6 livres et lauréate de divers prix, dont le Commonwealth Writers Prix et l’Orange Broadband Prix, Chimamanda Ngozi Adichie est une écrivaine très recherchée, née à Enugu, au Nigeria, en 1977. Même si Chimamanda n’a pas envisagé une carrière d’écrivain pour elle-même, ce n’était pas une surprise1 . Chinua Achebe a vécu dans la maison où Chimamanda a précédemment été élevée à Nsukka et son père a été un professeur de statistiques à l’Université du Nigeria et après vice-chancellor adjoint de l’université.

Dès le début, Chimamanda a montré un grand potentiel. Elle a reçu plusieurs prix académiques au cours de ses études secondaires. Puis, elle a commencé la médecine et la pharmacie à l’Université du Nigeria tout en éditant The Compass, un magazine dirigé par les étudiants en médecine catholique de l’Université. Cependant, elle a changé de direction quand elle a reçu une bourse pour étudier la communication à l’Université Drexel à Philadelphie aux États-Unis pendant 2 ans. Puis a poursuivi un diplôme en communication et en sciences politiques à l’Eastern Connecticut State University tout en renouant son écriture avec la publication des articles pour le journal universitaire, le Campus Lantern, et de son premier roman, Purple Hibiscus, qui a remporté le Commonwealth Writer’s Prize du meilleur premier prix du livre en 2005. Le livre raconte la vie d’une adolescente, Kambili, et sa famille au milieu d’un coup d’État militaire dans le Nigeria colonial. Le père de Kambili est un père généreux mais il est aussi religieux zélé avec un tempérament violent à la maison :

I looked at Jaja and wondered if the dimness in his eyes was shame. I suddenly wished, for him, that he had done the ima mmuo, the initiation into the spirit world. I knew very little about it; women were not supposed to know anything at all, since it was the first step toward the initiation to manhood. But Jaja once told me that he heard that boys were flogged and made to bathe in the presence of a taunting crowd. The only time Papa had talked about the ima mmuo was to say that the Christians who let their sons do it were confused, that they would end up in hellfire2.

Son deuxième roman, Half of a Yellow Sun, se déroule pendant la guerre civile nigériane et a été adapté dans un film du même titre réalisé par Biyi Bandele en 2013. L’histoire raconte l’effet de la guerre sur la vie de cinq personnes en touchant des thèmes tels que la guerre, la politique postcoloniale, les questions identitaires, l’empowerment des femmes et le mariage :

You must never behave as if your life belongs to a man. Do you hear me?” Aunty Ifeka said. “Your life belongs to you and you alone, soso gi3.


Son troisième roman, Americanah, est le plus célèbre remportant 3 prix et 2 reconnaissances. Il a été annoncé en 2014 que Brad Pitt produira une adaptation cinématographique du roman. L’histoire tourne autour d’une adolescente nigériane qui part pour les États-Unis pour étudier et raconte son expérience de sa première découverte de ce que signifie être une « personne noire » :

I have to take my braids out for my interviews and relax my hair. Kemi told me
that I shouldn’t wear braids to the interview. If you have braids, they will think
you are unprofessional4.

Chimamanda est féministe et militante, ce que l’on voit notamment dans ses discours de TedTalk, The Danger of A Single Story et We Should All Be Feminists, qui ont contribué à des conversations sur le féminisme et la race. De plus, Beyoncé a utilisé le discours de Chimamanda We Should All Be Feminists dans sa chanson « Flawless » qui a été interprétée dans sa dernière tournée de concerts dans le monde entier.

Notes  :

  1. http://www.cerep.ulg.ac.be/adichie/cnaintro.html []
  2. Chimamanda Ngozi Adichie, Purple Hibiscus, “Speaking with our spirits”, p. 87. J’ai regardé Jaja et je me suis demandé si la pénombre dans ses yeux était honteux. J’ai soudain souhaité, pour lui, qu’il ait fait l’ima mmuo, l’initiation au monde des esprits. Je savais très peu à ce sujet; les femmes n’étaient pas censées savoir quoi que ce soit du tout, car c’était le premier pas vers l’initiation à la virilité. Mais Jaja m’a dit un jour qu’il avait entendu dire que des garçons avaient été fouettés et obligés de se baigner en présence d’une foule qui raillait. La seule fois où Papa avait parlé de l’ima mmuo était de dire que les chrétiens qui laissaient leurs fils le faire étaient confus, qu’ils finiraient dans le feu de l’enfer. []
  3. Chimamanda Ngozi Adichie, Half of a Yellow Sun, Chapitre 19, p. 283. ‘Tu ne dois jamais comporter comme si ta vie appartenait à un homme. Tu m’entends ? Tante Ifeka a dit.
    ‘Ta vie appartient à toi et à toi seul, soso gi’ []
  4. Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah, Chapitre 12, p. 146. Je dois sortir mes tresses pour mes interviews et me détendre les cheveux. Kemi m’a dit que je ne devrais pas porter de tresses à l’interview. Si tu as des tresses, ils penseront que tu n’es pas professionnelle []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. masterlgcr2 dit :

    Chère jaseuse, j’ai noté une erreur dans la page, Chinua Achebe n’est pas le grand-père de Chimamanda Ngozi Adichie (mais c’est peut-être la tournure de phrase qui est ambiguë).

  1. 04/02/2020

    […] Lien vers l’article de l’ancien carnet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search