Nawal El Saadawi, l’écriture pour récupérer la mémoire

Par : Sandra Kirollos
« Memory is never complete. There are always parts of it that time has amputated. Writing is a way of retrieving them, of bringing the missing parts back to it, of making it more holistic »
        Nawal El Saadawi, A Daughter  of Isis: The Autobiography of Nawal El Saadawi.
Traduction :
« La mémoire n’est jamais complète. Il y a toujours des parties de celle-ci que le temps a amputé. L’écriture est un moyen de les récupérer, d’y ramener les parties manquantes, de les rendre plus holistiques. »

Née en 1931 dans un petit village égyptien, Kafr Tahal, dans une famille de classe moyenne supérieure qui milite pour l’éducation, Nawal el Saadawi a bénéficié d’une éducation supérieure tandis que de nombreuses filles ont été retirées de  l’école plus tôt.

On lui a appris à penser de façon critique, à remettre en question ce qui lui a été présenté et à chercher toujours la vérité comme dans son œuvre Walking Through Fire: A Life of Nawal El Saadawi :

Thus, after a period of about two thousand years the greatest crime became to worship a god other than the God of Moses, whereas injustice became a minor sin. I began to ask myself how this change had come about. Was it linked to a new order in which the female goddesses had been replaced by one male god?1

À l’âge de six ans, elle a été soumise à des mutilations génitales féminines, qui est une pratique acceptée presque par tout le monde en Égypte à l’époque. Pour Nawal el Saadawi cet expérience est le produit d’un système patriarcal qui avait besoin de changer et elle a été plaidant pour le changement en particulier dans son essai Women and Sex qui a été interdit en Égypte pendant 20 ans2.

El-Saadawi dit que la mutilation génitale féminine est née de l’idée que les femmes étaient de nature sexuelle, et que leur sexualité a dû être contrôlée afin qu’ils ne puissent pas tenter les hommes. Cette idée signifie que la mutilation génitale féminine a été un outil de contrôle, ce qui est contraire à l’éthique et doit être abandonnée3. Dans son oeuvre The Hidden Face of Eve: Women in the Arab World, El Saadawi écrit d’après son expérience :

I just wept, and called out to my mother for help. But the worst shock of all was when I looked around and found her standing by my side. Yes. It was her, I could not be mistaken, in flesh and blood, right in the midst of these strangers, talking to them and smiling at them as though they had not participated in slaughtering her daughter just a few minutes ago4.

Elle mentionne également les mutilations génitales féminines dans son roman Women at Point Zero, où le protagoniste, Firdaus, est en prison pour le meurtre de son proxénète et raconte son histoire à un chercheur invité. El- Saadawi écrit :

All women are victims of deception. Men impose deception on women and punish them for being deceived, force them down to the lowest level and punish them for falling so low, bind them in marriage and then chastise them with menial service for life, or insults, or blows5.

Nawal El Saadawi plaide également pour l’éducation du peuple. Elle a été médecin de 1955 à 1971. En tant que médecin, elle aidait les gens en particulier les citoyens de classe inférieure, mais elle s’intéressait à la prévention et à l’éducation des gens, ce qui était très rare à l’époque. Ses patients ont été l’inspiration de nombreux personnages de ses œuvres. El Saadawi écrit les sentiments d’une fille égyptienne dans son œuvre Memoirs of a Woman Doctor :

I hated being female. I felt as if I was in chains — chains forged from my own blood tying me to the bed so that I couldn’t run and jump, chains produced by the cells of my own body, chains of shame and humiliation6 .

Après avoir été démis de ses fonctions de directrice de l’éducation au ministère égyptien de la Santé et de rédactrice en chef d’un magazine de santé en 1972, elle a pris des rôles qui lui ont permis d’écrire et de défendre les droits des femmes, ce qui l’a conduite à son emprisonnement. Elle a travaillé pour la faculté de médecine de l’Université Ain Shams, faisant des recherches sur les femmes et la névrose, puis comme conseillère des Nations Unies pour le Programme des femmes en Afrique et au Moyen-Orient.

Elle écrit dans son œuvre A Daughter of Isis: The Early Life of Nawal El Saadawi In Her Own Words :

Everything in a woman’s life was seen as shameful, even her face. She often hid it behind a piece of material, or the edge of her shawl, or behind the shutters of her window. Literary criticism in our country is under the control of a small group of men and a few women who think and write like them, who say there is no such thing as an issue related to women’s rights7.

Pendant son emprisonnement, on lui a refusé du papier hygiénique de peur qu’elle n’écrive ses histoires. Cependant, elle a réussi à obtenir des papiers de toilette et des outils de maquillage de prostituées et a écrit ses histoires. Après son emprisonnement, en 1982, elle a fondé l’Association arabe de solidarité des femmes qui a été interdite en 1992 en raison du gouvernement s’opposant au message d’El-Saadawi sur la mutilation génitale féminine. Elle a été exilée aux États-Unis et y a enseigné pendant 13 ans. En 2004, elle s’est présentée aux élections égyptiennes, mais n’a reçu aucune couverture en raison de son opposition au gouvernement. Elle a également remporté le prix Noth-Sud du Conseil de l’Europe et de nombreux autres prix en reconnaissance de sa défense des autres. En 2011, elle a participé à la révolution sur la place Tahirir, au Caire, pour forcer le président Hosni Moubarak à démissionner.

Elle a écrit onze romans, huit nouvelles, trois pièces de théâtre, six mémoires et dix œuvres non-fiction, et elle continue à écrire.

Women do not go on leave. If one does, then she does so in order to run some essential errand. Before going, she must obtain written permission either in her husband’s hand or stamped by her boss at work.

There is no precedent for a woman going and not returning. A man can go and not return for seven years, but only if he stays away longer than that does the wife have the right to free herself from him8.

Notes :

  1. El Saadawi, Nawaal, Walking Through Fire: A Life of Nawal El Saadawi.
    Ainsi, après une période d’environ deux mille ans, le plus grand crime est devenu d’adorer un dieu autre que le Dieu de Moïse, tandis que l’injustice est devenue un péché mineur. J’ai commencé à me demander comment ce changement s’était fait. Était-elle liée à un nouvel ordre dans lequel les déesses féminines avaient été remplacées par un dieu mâle ? []
  2. Hussey, Sierra,“Biography of Nawal El Saadawi”, 2017, South African History Online https://www.sahistory.org.za/archive/biography-nawal-el-saadawi-sierra-hussey []
  3. Krajeski, Jenna, The Books of Nawal El Saadawi, 07 mars 2011, The New Yorker https://www.newyorker.com/books/page-turner/the-books-of-nawal-el-saadawi []
  4. El Saadawi, Nawaal, The Hidden Face of Eve: Women in the Arab World, p.14. J’ai pleuré et j’ai appelé ma mère à l’aide. Mais le pire choc de tous a été quand j’ai regardé autour et l’a trouvée debout à mes côtés. ouais. C’était elle, je ne pouvais pas me tromper, en chair et en os, en plein. []
  5. El Saadawi, Nawal, Woman at Point Zero : Second Edition, p.94. Toutes les femmes sont victimes de tromperie. Les hommes imposent la tromperie aux femmes et les punissent pour avoir été trompée les forcent au niveau le plus bas et les punissent pour être tombés si bas, les lient dans le mariage et les châtient ensuite avec un service subalterne à vie, ou des insultes, ou des coups. []
  6. El Saadawi, Nawal, Memoirs of a Woman Doctor, p.12. Je détestais être une femme. Je me sentais comme si j’étais enchaîné – chaînes forgées à partir de mon propre sang me liant au lit de sorte que je ne pouvais pas courir et sauter des chaînes, produites par les cellules de mon propre corps, des chaînes de honte et d’humiliation []
  7. El Saadawi, Nawal, A Daughter of Isis: The Early Life of Nawal El Saadawi In Her Own Words, p. 10.Tout dans la vie d’une femme était considéré comme honteux, même son visage. Elle le cachait souvent derrière un morceau de matériau, ou le bord de son châle, ou derrière les volets de sa fenêtre. La critique littéraire dans notre pays est sous le contrôle d’un petit groupe d’hommes et de quelques femmes qui pensent et écrivent comme eux, qui disent qu’il n’y a pas de question liée aux droits des femmes []
  8. El Saadawi, Nawal, Love in the Kingdom of Oil.
    Les femmes ne partent pas en congé. Si l’on le fait, alors elle le fait afin d’exécuter une course essentielle. Avant de partir, elle doit obtenir une autorisation écrite soit dans la main de son mari ou tamponnée par son patron au travail.
    Il n’y a pas de précédent pour une femme qui va et ne revient pas. Un homme peut y aller et ne pas revenir pendant sept ans, mais ce n’est que s’il reste à l’écart plus longtemps que cela que la femme a le droit de se libérer de lui. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/02/2020

    […] Lien vers l’article de l’ancien carnet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search