Vie et œuvre de Colette Fellous

Par : Khadija BenFarah

 

«J’écris pour retoucher, revoir, réparer, rectifier, réajuster, recomposer. J’écris pour que tout change. J’écris pour revenir. Encore et toujours. Pour rendre visite aux tremblements, aux balbutiements, aux éblouissements. Pour être pile là où j’ai perdu la voix. Pour rencontrer la stupéfaction, la vêtir, la mettre en scène, la draper, lui offrir des listes infinies de rôles, de masques, de gestes, de couleurs. J’écris pour être enfin mon propre labyrinthe. Un homme labyrinthe ne cherche jamais la vérité, mais uniquement son Ariane. J’écris pour le goût du vertige. Pour sauter dans le vide sans mourir. Pour dire non. Pour désobéir à la chronologie. Pour me cacher, me perdre me blottir. Pour ne plus être moi. pour respirer mieux. J’écris pour être ensemble. Et pour le plaisir de faire face.»

   Colette Fellous, La Préparation de la vie, Paris, Gallimard, 2014, p.121.

 

 

Qui est Colette Fellous?

Photo © Sophie Bassouls

 Colette Fellous est née à Tunis dans les années 1950. Elle a passé son enfance – jusqu’à ses dix-sept ans – en Tunisie puis, elle est partie à Paris en 1967 pour poursuivre des études de lettres modernes à la Sorbonne. Cette migration d’un pays à l’autre et ce double héritage l’ont beaucoup affectée.  À ce sujet, elle disait dans son roman Pièces détachées : « j’ai appris très tôt à être déchirée, à ne pas m’étonner de ce sentiment, à respirer avec. A aimer partir puis revenir, à être toujours entre deux ou trois villes, à jongler en équilibre sur plusieurs langues et même à ne pas tout comprendre d’un lieu, pour mieux en saisir les sensations, les nuances »1 .

L’écrivaine française a écrit plusieurs romans dont Aujourd’hui  qui lui a valu le prix Marguerite-Duras en 2005 et a joué dans certaines comédies . Depuis 2004, elle dirige la collection “Traits et portraits” au Mercure de France. Il s’agit d’une collection essentiellement vouée à l’autoportrait et qui promeut des contributions d’artistes de différents domaines. Elle a également été productrice de radio sur France Culture et a animé l’émission Carnet nomade et celle des Nuits magnétiques.

Ce qu’elle doit à Roland Barthes

Barthes et ses étudiants du séminaire à l’École des hautes études, Paris, 1974. Colette Fellous est assise au fond du cliché à gauche.

Colette Fellous est l’une des étudiants qui ont assisté au séminaire restreint de Roland Barthes qui a eu lieu entre 1972 et 1976 à l’École des hautes études (on l’appelait également le séminaire de la rue de Tournon).

Cette dernière ne pouvait certainement pas sortir intacte de cette rencontre hasardeuse avec l’auteur des “Mythologies”. En effet, Roland Barthes a amplement participé à ce qu’est devenue aujourd’hui son étudiante, car c’est bel et bien lui qui l’a initiée à écrire, à ne pas hésiter et à oser dire “je”. Il lui a donc frayé un chemin vers une formation fructueuse en tant que romancière et c’est exactement en hommage à lui et à son enseignement qu’elle a écrit son livre La préparation de la vie2 (en écho direct avec La préparation du roman de Barthes3 ) dans lequel elle avance :

«Je venais d’avoir 26 ans, oui, j’avais laissé ma thèse sur Georges Bataille et ne voulais plus faire qu’une seule chose, écrire. La dernière séance du séminaire était le 20 mai 1976. Maintenant je dois écrire. Ce séminaire, je l’avais vécu comme une préparation du roman, bien avant qu’il en fasse le thème de son cours au Collège de France ».4

 

Colette Fellous, Avenue de France, Gallimard, 2001.

()inventer sa vie : son écriture autobiographique

D’un livre à l’autre, on remarque que l’écriture de Colette Fellous est fortement marquée par sa double culture franco tunisienne. Cette dernière a signalé à plusieurs reprises sa volonté de raconter sa vie. De plus, la phrase de Barthes lui disant : « Vous avez le droit de dire je » a renforcé en elle ce désir d’aller à la recherche de soi. Elle décide donc de s’engager pleinement dans l’autobiographie tout en revenant à l’endroit où tout a commencé pour elle, à savoir son pays natal qu’est la Tunisie sans pour autant s’affranchir de la France qu’est son pays d’adoption.

C’est avec Avenue de France, publié en 2001, que l’écrivaine entame une trilogie autobiographique qui trouve fin avec la publication de Plein été en 2007. Elle sollicite ainsi la Tunisie de son enfance, accompagnée de son architecture, de ses ruelles, de ses odeurs et de ses habitants, et en fait la matière même de ses livres.

Cependant, ce qui est important de noter, c’est que le passé auquel fait appel Colette Fellous dans ses textes n’est pas un passé qui lui est propre, mais plutôt un passé qui appartient à plusieurs autres personnes, à savoir un passé partagé. Ce n’est donc pas uniquement son histoire personnelle – la petite histoire – qu’elle espérait retrouver, mais également l’histoire de toute une génération. Cette idée est clairement explicitée dans Avenue de France qui prétend « épeler l’histoire d’un siècle5 » et ne va pas sans nous rappeler le langage-peau dont nous parlait Barthes dans Fragments d’un discours amoureux : « Le langage est une peau : je frotte mon langage contre l’autre. Comme si j’avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout de mes mots. Mon langage tremble de désir.»6

Colette Fellous nous donne à lire et à voir une Tunisie à la fois écrite et photographiée dans une forme fragmentaire. En effet, nous remarquons la forte présence de photographies prises par elle-même dans ses différents livres. Elle affirme qu’en rassemblant prose et images, elle

«créai[t]  un jeu entre ce qui était écrit et ce que les images laissaient voir, [elle]  jouai[t] avec le temps, [elle] le déployai[t] , le dépliai[t] , [elle] pouvai[t] passer d’un siècle à l’autre en une phrase, ça ne [la] gênait pas, [elle] étai[t] à l’aise.  [Elle] voi[t] l’ensemble comme une danse où chacun est libre de raconter son histoire quand il veut. Le texte, l’image et le lecteur. Une photo, c’est un morceau concret du temps, c’est le temps devenu un objet7

D’ailleurs, c’est bien de cette découverte de l’importance et du plaisir de rassembler texte/image que va naître plus tard l’idée de créer une collection à travers laquelle l’écrivaine a pu partager cette expérience avec d’autres artistes.

Son expérience photolittéraire : la collection “Traits et portraits”

Comme nous l’avons signalé au tout début, Colette Fellous est l’initiatrice de la collection “Traits et portraits” depuis 2004 aux éditions Mercure de France. Il s’agit d’une collection qui rassemble, selon la présentation que nous en donne le site de Mercure de France, des « écrivains, poètes, cinéastes, peintres ou créateurs de mode8 ». L’unique principe que devait respecter chaque artiste était d’écrire un autoportrait tout en y mêlant texte et image. Les éléments iconographiques (que ce soit des photographies, des tableaux ou des schémas) occupaient ainsi une place cruciale. Christian Bobin disait que « la chance unique de cette collection dirigée par Colette Fellous, c’est de permettre parfois à l’écrivain de faire deux livres en un seul »9

Cet intérêt tout particulier pour les contributions photolittéraires s’est d’abord manifesté chez Fellous dans ses écrits pour ensuite, donner naissance à ce projet qui lui a permis de partager cette expérience photolittéraire avec plusieurs artistes tels que Christian Lacroix, Roger Grenier, Marie Ndiaye, Jean-Christophe Bailly, etc. Dans un entretien avec Brigitte Ferrato-Combe, l’écrivaine marquait ainsi ce cheminement d’une expérience personnelle vers une expérience partagée en disant :« J’ai vécu cette expérience comme une réelle découverte et aussitôt le livre fini, j’ai eu envie de la faire partager à d’autres écrivains.10

 

Notes:

  1. Colette Fellous, Pièces détachées, Paris, Gallimard, 2017. []
  2. Colette Fellous, La Préparation de la vie, Paris, Gallimard, 2014. []
  3. Roland Barthes, La préparation du roman I et II, Paris, Seuil, 2003. []
  4. Colette Fellous, La préparation de la vie, Paris, Gallimard, 2014. p. 85. Voir aussi https://www.youtube.com/watch?v=5eG4tRR1yaI. []
  5. Colette Fellous, Avenue de France, Paris, Gallimard, 2001, p. 28. []
  6. Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, Paris, Seuil, 1977, p. 87. []
  7. Fabien Ribery, La photographie comme une cigarette, entretien avec Colette Fellous, romancière, publié le 13 Avril 2017. []
  8. Texte de présentation de la collection sur le site du Mercure de France. []
  9. Cl. Courtais, « Rencontre avec Christian Bobin », Page des libraires, octobre 2005, p.39. []
  10. Brigitte Ferrato-Combe, « Entretien avec Colette Fellous au sujet de la collection « Traits et portraits » , Recherches & Travaux [En ligne], 75 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 06 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/recherchestravaux/374   ». []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/02/2020

    […] Lien vers l’article de l’ancien carnet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search