Ana Mendieta : Habiter l’entre-deux

Par : Caroline Dejoie

Performeuse, vidéaste, photographe, pictoresse, sculptrice, land-artist, artiste corporelle… Ana Mendieta, artiste cubaine née en 1948, échappe à toute tentative de classification ou catégorisation. Elle produit une œuvre protéiforme, hybride, qui peut être perçue comme le reflet de sa propre identité de femme racisée exilée aux États-Unis, au croisement de différentes cultures et à l’intersection de plusieurs discriminations.

Entre 1974 et 1981, Mendieta réalise la série des Siluetas : près de deux-cents performances photographiées ou filmées, au cours desquelles l’artiste fait apparaître dans divers paysages une silhouette directement issue de la forme de son corps dont elle se sert comme matrice. Par impression sur le sol ou sculptées à l’aide de matériaux naturels trouvés sur le site qu’elle intègre, elle crée des centaines de corps à la matérialité fragile, tremblante, vaporeuse et éphémère, faites d’eau, de terre, de feu ou d’air… Elle documente leurs transformations dans le temps, parfois jusqu’à leur complète dispersion dans la nature. L’artiste n’a pas beaucoup écrit à propos de ses œuvres, si bien qu’elle nous laisse libres d’interpréter ses performances. Ainsi, de nombreu.x.ses commentateurs/commentatrices de son travail voient dans cette série la célébration d’une soi-disant « essence » féminine qui trouverait à s’épanouir dans la Nature, avec laquelle « la Femme » partagerait la capacité de faire naître la vie. Cependant, il nous paraît urgent de s’éloigner de cette lecture ultra-essentialiste et transphobe pour laisser les Siluetas parler d’elles-mêmes.

En effet, à regarder ces silhouettes, on s’étonne presque que l’on ait pu leur attribuer l’adjectif « féminines » avec autant de rigueur. Certes, nous savons que les Siluetas sont directement issues du corps de l’artiste qui s’avère être une femme ; cela dit, il s’agit plutôt de « presque-corps » relativement anonymes, parfois indistincts, aux contours flous. Surtout elles changent en permanence, lorsque la vague recouvre le tracé sur le sable, le vent balaie les feuilles, les flammes se consument, etc. Les Siluetas de Mendieta ne sont en réalité ni féminines ni masculines. Nous pensons que ce qui fait leur puissance est justement leur faculté de dépasser toutes les binarités, d’exister dans un entre-deux permanent, tant sur le plan du genre que sur le plan culturel ou même, très concrètement, celui du médium ou de l’espace qu’elles occupent. Les multiples références panculturelles dont elles sont porteuses, la manière dont elles se situent toujours à la lisière entre le ciel et la terre, à la surface de l’eau ou encore à demi enterrées, de même que leur nature hybride – Mendieta les appelait ses « Earth Body Sculptures » – contribuent à en faire les manifestations d’un état liminaire, en transition, fluide et libre de toute binarité ou essentialité.

Ana Mendieta, artiste « inclassable », elle-même issue du croisement d’héritages culturels variés, produit une œuvre hybride qui appelle à adopter une autre vision du monde dans laquelle l’identité peut être envisagée comme non fixe, plurielle, trouble et changeante dans le temps. Cette subversion de l’identité que l’on voit partout chez Mendieta, permet de lire son œuvre dans une perspective queer et transféministe.

Sa pratique fut largement invisibilisée après son assassinat par son compagnon, le célèbre sculpteur minimaliste Carl André (toujours impuni), en 1985. Des groupes féministes tels que les Guerrilla Girls ainsi que sa sœur Raquel ont œuvré à réhabiliter son travail et à faire de Mendieta l’un des symboles des victimes de violences conjugales, de féminicides et d’invisibilisation en histoire de l’art. Presque trente-cinq ans après sa mort, il est largement temps de relire son œuvre pour l’envisager comme une pratique artistique puissante permettant la subversion des normes de genre, de race, de classe ou d’orientation sexuelle à travers une prolifération euphorique de corps instables, fluides, suspendus dans une zone d’entre-deux, échappant à la binarité et en devenir perpétuel : des corps libres, des corps queer.

Anima Silueta de Coheres, 1976, Mexico

Silueta, 1978, Iowa

Silueta, 1976, Iowa


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/02/2020

    […] Lien vers l’article de l’ancien carnet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search