Quelques questions à la féministe Joumana Haddad

Un entretien imaginaire suivi d’une bouteille à la mer

Par : Nessrine Naccach

 

Géologie d’elle, ou Joumana par Hélène de Troie, la reine de Saba, Marie-Madeleine, Néfertiri, Lilith, (non)Schéhérazade & co

Je suis le sixième jour de décembre de l’an 1970 ;
Je suis l’heure juste après midi.
Je suis les cris de ma mère me mettant au monde,
Ses cris lui donnant vie.
[…] Je suis les yeux de la famille posés sur moi,
Regard du père, du grand-père et des tantes.
Je suis tous les scénarios possibles ;
[…] Je suis ce qu’on attend de moi, les rêves avortés,
les vides suspendus comme des amulettes autour de mon cou.
[…] Je suis l’adolescence de mon sein droit,
et la sagesse du gauche.
Je suis la mémoire de leurs blessures,
Mémoires de leur colère,
[…] Je suis mes péchés et combien je les aime
[…] Je suis mon cri en pleine nuit
(étouffé juste à temps).
Je suis ce qu’on me dit de ne pas dire
Je suis ce qu’on me dit de ne pas être.

Joumana Haddad, J’ai tué Schéhérazade. Confessions d’une femme arabe en colère, Actes Sud, 2010, p. 135 et sqq.

Je suis Lilith la femme destin. Aucun mâle n’échappe à mon sort, et aucun mâle ne voudrait s’échapper […]

Je suis la femme paradis qui chuta du paradis, et je suis la chute-paradis […]

Je suis la vierge Lilith, visage invisible de la libertine, la mère amante et la femme homme […]

Je suis Lilith au seins blancs. Irrésistible est mon charme car mes cheveux sont noirs et longs, et de miel sont mes yeux. La légende raconte que je fus créée de terre pour être la première femme d’Adam, mais que je ne me suis pas soumise […]

Je ne suis pas soumise alors ils m’ont effarouchée et chassée car j’ai défié ce qui est écrit […]

Je suis la femme femme, la déesse mère et la déesse épouse…J’ai épousé la vérité et la légende pour être les deux à la fois. Moi Dalila, Salomé et Néfertiti parmi les femmes, moi la reine de Saba, Hélène de Troie et Marie-Madeleine.

Je suis Lilith, la lune intérieure

L’errance est ma boussole et l’exil ma demeure

Aucun facteur ne sonne à ma porte

Aucune maison ne mène à ma fenêtre

Et aucune fenêtre sinon l’illusion d’une fenêtre. 

Joumana Haddad, Le retour de Lilith, L’Inventaire, 2007, traduit de l’arabe (Liban) par Antoine Jockey, pp. 9-37.

 

Ou pour le dire autrement,

Joumana Haddad (née Salloum) voit le jour, un peu déçue de naître fille, en 1970, un 6 décembre à Beyrouth. Poétesse, écrivaine, journaliste, essayiste et militante hors pair pour la liberté d’expression et les droits des femmes, elle sort du lot avec ses idées avant-gardistes et son franc-parler qui prennent. Elle grandit dans un quartier défavorisé de Beyrouth : le ghetto des Arméniens. C’est dans son roman Bint El khayyāta (La fille de la couturière qui vient de sortir)−« né d’un questionnement sur la figure d’une ancêtre au destin douloureux et d’une réflexion sur les origines1 »−, que J. Haddadd raconte son histoire personnelle en suturant l’histoire de quatre générations de femmes ; son point de départ est le personnage de sa grand-mère maternelle arménienne qui a vécu le génocide de 1915 et s’est suicidée en 1978.

Issue d’une famille catholique, mais athée, son « baptême de la subversion2 » s’est fait dans les livres. Depuis ses douze ans, elle est une fervente lectrice3 du marquis de Sade et des poètes surréalistes, grâce à un père qui lui a transmis l’amour des belles lettres. De concert avec Helen Exley, Joumana Haddad estime que Justine, Lolita ou Sexus –des lectures vécues comme des liaisons dangereuses pour la petite rêvant en grand qu’elle était− ont en effet changé sa vie. On comprend dès lors son entrée précoce à l’université : à l’âge de 16 ans, après avoir sauté deux classes.

Traductrice polyglotte (elle parle couramment sept langues : l’arabe, l’arménien, le français, l’italien, l’anglais, l’espagnol et l’allemand), Joumana Haddad enseigne de plus l’italien et l’écriture créative à l’université américaine de Beyrouth, entre 2012 et 2016.

J. Haddad compte à son actif plusieurs recueils de poésie, dont Waqton li holm (Un moment pour rêver, 1995), Da’waton li ‘achā’in sirrī (Invitation à un dîner secret, 1998) ou encore ‘Awdat Lilith (Le retour de Lilith) pour lesquels elle reçoit le prix de la fondation Metropolis bleu pour la littérature arabe (Montréal, 2010). Engagée dans la vie culturelle et sociale, son nom figure annuellement, depuis 2014, parmi les femmes arabes les plus influentes au monde, sélectionnées par le magazine Arabian Business (position 34 en 2017).

Sa carrière de journaliste commence en 1997 dans les colonnes d’An-Nahar. Elle est, en 2005, responsable de la section culturelle du quotidien et ce, jusqu’à 2017 ; et parallèlement rédactrice en chef du magazine Jasad (corps en arabe) qu’elle crée en 2008, suspendu en 2011 pour des raisons financières.

En « voleuse du feu4 », elle publie En compagnie des voleurs de feu (2006) : une série de treize interviews avec deux femmes et onze hommes. Un recueil faisant le tour des grands écrivains contemporains comme Yves Bonnefoy, Umberto Eco, Rita Dove, Paul Auster, Elfriede Jelinek, Nedim Gursl, Antonio Tabucchi et bien d’autres. Aujourd’hui, elle tient une chronique les jeudis soir sur les ondes de Radio Monte-Carlo et collabore aussi au Corriere della Sera, à An-Nahar, à Libération en encore au New York Times.

Artiste, elle l’est pleinement. Admiratrice de Frida Kahlo, J. Haddad réalise des collages d’art. On la retrouve également à l’écran. Elle coécrit avec la réalisatrice Jocelyne Saab What’s Going On ? (Qu’est-ce qui se passe ? 2010) Un film qui relate l’histoire d’un écrivain (Jalal Khoury), fils de couturier qui tisse ses textes à partir de ses personnages. Joumana Haddad y interprète le rôle de Lilith. Elle participe aussi à Kama qāla el-chā’ir (As the poet said, 2009) un documentaire de Nasri Hajjaj sur la vie de Mahmoud Darwish.

Féministe acharnée et récemment embarquée dans l’aventure politique (elle se présente en tant que tête de la liste ‘Koullouna Watani’5 au siège réservé aux minorités à Beyrouth I), J. Haddad est la Lilith « déesse mère » de deux enfants, nés de pères différents et à qui elle dédicace son Superman est arabe espérant qu’ « ils puissent devenir de vrais hommes plutôt que de “super-hommes”, le genre d’hommes dont [elle puisse] être fière, et fiers eux-mêmes d’être hommes6. »

Lire le texte intégral : Quelques questions à Joumana Haddad


NOTES

  1. Charif Majdalani, « Les couturières et l’Histoire », L’orient-Le jour, n°157, janvier 2019 : https://www.lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=14&nid=7460 []
  2. Joumana Haddad, J’ai tué Schéhérazade, op., cit, p.38. []
  3. « J’avais plus d’une raison d’adorer la lecture. Lire me faisait respirer, vivre (ma vie autant que celle des autres), voyager, échapper à une réalité brutale. Lire me permettait d’étouffer les explosions de la guerre du Liban, d’ignorer les cris de mes parents, leur quotidien de querelles et de souffrances. Je lisais pour assouvir ma faim, conquérir ma liberté, gagner des forces, caresser mon âme, la gifler… Je lisais pour désirer, intensément, passionnément. », J’ai tué Schéhérazade, p. 35. []
  4. Jabbour Douaihy, « L’entretien comme genre littéraire », L’Orient-Le jour [en ligne], n°157, avril 2007. []
  5. Pour plus d’information sur ce sujet, voir le programme politique de Joumana Haddad, disponible sur son site personnel « Min ajli dawlatin touchibihou aĥlamanā» (Pour un État à l’image de nos rêves » : http://joumanahaddad.com/ Voir aussi :https://en.annahar.com/elections/district/11/beirut-1 []
  6. Joumana Haddad, Superman est arabe, op., cit, p.7. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.