Autour de Sophie Calle : une artiste à multiples facettes

Par : Khadija benfarah, Sorbonne Université (CELLF)

 

« Mon nom est Sophie Calle.

Vous êtes dans ma cabine téléphonique

Je suis seule à en connaître le numéro

Je le composerai régulièrement

Mais de manière aléatoire,

dans l’espoir d’avoir quelqu’un au bout du fil. »

(Sophie Calle, Le téléphone, 2006, Paris XVe)

 

J’ai fait la découverte de Sophie Calle pour la première fois il y a quelques années de cela. Plus exactement au moment où commençait à mûrir en moi un intérêt tout particulier pour les romans « photolittéraires », à savoir les écrits d’écrivains qui mijotent dans un même moule photographies et textes. Je n’entends pas par-là classer Sophie Calle dans la catégorie des écrivains, loin de là. Cette dernière, née en 1953, demeure jusqu’à présent inclassable puisqu’on retrouve en elle à la fois une femme de lettres, une vidéaste, une artiste plasticienne et une photographe. Elle récuse donc de se situer entièrement dans l’une de ces catégories et se plaît à se procurer une place intermédiaire, c’est-à-dire un entre-deux. D’ailleurs, c’est bien pour cette raison que son art a souvent été qualifié d’« art caméléon1». Encore faut-il rajouter que ce qui fait la particularité de Sophie Calle c’est le fait de faire de sa propre vie et de son vécu des œuvres d’art. En effet, cette dernière ne cesse de se donner à lire et/ou à voir en investissant différentes formes : livre, photographie, vidéo, performance, exposition, film, etc. Toutefois, cette part d’autobiographie inéluctable à son œuvre se trouve étroitement liée à un aspect fictionnel.

En choisissant de vous faire découvrir aujourd’hui cette figure incontournable de l’art contemporain, je me suis dit que le meilleur moyen de le faire serait de la présenter à travers ce que nous en disent (dans le sens de nous dévoilent) d’elle ou sur elle ses œuvres à portée autobiographique. Un style direct et concis sera donc mis en avant, renvoyant ainsi à celui pratiqué par l’artiste dans ses différents travaux. Je m’explique. Étant donné que dans les créations de Sophie Calle, photographies et textes se rassemblent pour donner naissance à un ensemble indissociable, la présentation qui trouvera place ici s’appuiera donc sur ce duo de photo/texte qui va permettre de dégager une vue d’ensemble sur le parcours artistique et l’univers si particulier de Sophie Calle et qui enfantera un portrait plus au moins discernable de cette dernière. Les quelques photographies qui se trouveront reproduites ici ont soigneusement été sélectionnées parmi tant d’autres et seront accompagnées de notes que j’introduirai auprès de chacune d’elles.

Regardons donc ensemble ces différentes photos et soyons attentifs à ce qu’elles nous en disent…

 

Là où tout a commencé

        Fig. 1. Extrait d’un journal intime : premières filatures de Sophie Calle à Paris, 1978-1979.

Après avoir passée plusieurs années de militantisme et de voyage d’un bout du monde à l’autre, Sophie Calle retourne à Paris en 1978 et décide de partir à la redécouverte de cette ville sous un angle de vue différent cette fois-ci. Que décide-t-elle alors de faire ? Elle se met à suivre pendant des heures, voire même des jours des inconnus tout en prenant note de leurs déplacements et en les photographiant à leur insu. C’est sur ces pas qu’est né plus tard le projet des Filatures2 qui s’est vu renforcé par Suite vénitienne (1979) dans lequel elle file un homme jusqu’à Venise. Quel était l’intérêt de ces filatures ? Ce qui est sûr et qui a été approuvé par l’artiste à plusieurs reprises, c’est que son intention n’était certainement pas de préparer un projet artistique, mais plutôt d’assouvir un plaisir qui l’envahissait à l’époque : celui de suivre des inconnus dans les rues parisiennes. Cela lui permettait éventuellement d’aménager ses journées qui risquaient d’être ennuyeuses3.

 Fig. 2. Sophie Calle, Les dormeurs, 2000.

La photographie ci-haut présente Françoise Jourdan-Gassin, la septième dormeuse d’un projet mené par Sophie Calle en 1979. Ce projet a pris forme dans un livre qui s’intitule Les Dormeurs dans lequel l’artiste regroupe les différentes photos qu’elle a prises des différents dormeurs ainsi que des notes écrites. Elle décrit son dessein comme tel : « J’ai demandé à des gens de m’accorder quelques heures de leur sommeil. De venir dormir dans mon lit. De s’y laisser photographier, regarder. De répondre à quelques questions. J’ai proposé à chacun un séjour de huit heures4 ». Cette idée a surgi suite à la remarque faite par l’une de ses amies au sujet de la tiédeur de ses draps et servira conséquemment de point de départ aux différents projets qui vont se succéder et qui donneront naissance à la reconnaissance de Sophie Calle en tant qu’artiste. Comment cela s’est-il fait ? C’est un certain Bernard Lamarche-Vedel, époux de l’une des dormeurs (celle qui se trouve sur la photo choisie) et critique d’art reconnu à l’époque, qui a contribué à l’intégration de Sophie Calle dans le monde de l’art en l’invitant à exposer son projet à la Biennale de Paris en 1980.

Notons qu’au tout début, ces deux projets n’étaient certainement pas conçus pour être des œuvres d’art et que l’artiste n’était pas consciente de l’importance des deux projets qu’elle mettait en place. Son ultime intention était de se distraire et d’occuper son temps puisqu’elle n’avait toujours pas d’ambitions professionnelles. Cependant, ces expériences se sont avérées plus fructueuses qu’elles ne semblaient l’être, car c’est à partir de ce moment que sa carrière d’artiste débute « miraculeusement », comme le dit-elle. Cette coïncidence justifie en quelque sorte la fameuse phrase de Sophie Calle « je suis devenue artiste par hasard5 » . De plus, il ne faut pas oublier que le père de l’auteur était un collectionneur d’art contemporain et que cela a certainement joué un rôle très important.

 

Un art intimiste

Fig. 3. Sophie Calle, La Filature, 1998.

Il est à remarquer que les œuvres de Sophie Calle s’enchaînent les unes aux autres. En effet, après avoir consacré autant de temps à suivre des inconnus dans les rues, l’artiste décide, en 1981, de se faire à son tour poursuivre par quelqu’un. Elle demande donc à sa mère d’engager un détective privé pour être derrière elle tout au long d’une journée6 et d’en établir un rapport.C’est à partir de ce moment que Sophie Calle prend place dans son univers créatif. Elle l’était certes depuis ses précédentes œuvres d’art, mais ce sont les modalités de la présence de l’artiste dans l’œuvre qui ont changé. Dans ses œuvres précédentes, Sophie Calle était présente absente, si l’on peut ainsi dire. Sa présence était certes incontestable puisque c’est elle qui photographiait et qui prenait des notes, mais à aucun moment elle n’apparaît concrètement dans l’œuvre.

C’est alors à compter de La Filature que l’artiste marque son entrée dans ses créations artistiques en consignant des événements intimes et quotidiens7. Et si ce n’est pas à travers des photos d’elle-même (figures 3, 4, et 5), c’est à l’aide de détails relatifs à son propre vécu que sa présence se manifeste (figures 6 et 7).

Voici un autre portrait de Sophie Calle. Celui-ci a été pris en 1979 quand elle exerçait le métier d’une strip-teaseuse. Elle était coiffée d’une perruque blonde qui lui permettait de garder, un tant soit peu, l’ombre sur son identité.

Fig. 4. Sophie Calle, Des Histoires vraies, 1994.

Au sommet de la tour Eiffel, Sophie Calle installe son lit pour y passer une nuit8. Elle demande à des inconnus de la divertir en lui racontant des histoires afin qu’elle ne puisse pas dormir.

Fig. 5. Sophie Calle, Chambre avec vue, 2003.

 

Fig. 6. Sophie Calle, Le Rituel d’anniversaire, 1998.

Dans Le rituel d’anniversaire, Sophie Calle décrit un projet qu’elle a entamé en 1980 et qui a pris fin en 1993. Elle invitait chaque année pour son anniversaire un nombre bien précis de personnes qui n’est autre que le nombre de son âge. De plus, elle exposait dans une armoire métallique tous les cadeaux qu’elle a reçus. Ce projet a été également publié sous forme de livre qui contient les différentes photographies des cadeaux ainsi que les commentaires qui viennent apporter des informations supplémentaires.

 

 

Fig.7. Sophie Calle, Libération 2 août 1938.

Fac-similé du journal Libération qui avait consacré en 1983 une demi-page par jour (pendant tout l’été) à l’artiste Sophie Calle. Cette dernière y trouve l’occasion d’aborder un carnet d’adresses qu’elle a retrouvé dans la rue. En voulant dresser « un portrait à la durée aléatoire9 » de son propriétaire, elle s’est permis de contacter toutes les personnes dont les noms figuraient dans le carnet. Ainsi s’est constitué un puzzle fait à travers les descriptions de chacun. Cette soi-disant ‘enquête’ menée par Calle a donc fait l’objet de la série « L’homme du carnet » qui a trouvé place dans ce journal10.

 

Faire face à l’absence

Tout le travail de Sophie Calle est traversé par le thème de l’absence, du manque et de la disparition. Nous pouvons certainement y voir dans sa manière d’y procéder une tentative de garder trace des choses bien avant qu’elles se volatilisent11 . En voici un exemple :

                                 Fig. 8. Sophie Calle, Fantômes, 2000.

                   Fig. 9. Sophie Calle, Fantômes, 2000.

Ces deux images renvoient d’une manière ou d’une autre au tableau Nu dans le Bain de Bonnard. Vu que ce dernier a été temporairement prêté au moment où Sophie Calle fut invitée à une exposition au musée d’Art moderne de la ville de Paris, elle décide alors de le remplacer par les souvenirs et le dessin qu’elle a recueillis auprès des personnes quotidiennement en contact avec ce tableau.

Fantômes12 souligne l’une des particularités de Sophie Calle : celle de faire intervenir (dans le sens de faire participer) les autres dans ses œuvres artistiques. L’autre peut donc être présent à travers les souvenirs qu’il en donne des tableaux absents ou volées (comme c’est le cas de Fantômes et Disparitions), comme il peut l’être tout en faisant concrètement partie de l’œuvre :

                 Fig. 10. Sophie Calle, Prenez soin de vous, 2007.

Suite à un mail de rupture qu’elle a reçu et qui se termine par la phrase suivante : « prenez soin de vous », Sophie Calle décide d’en faire un projet. Elle transmet le message à 107 femmes, pratiquant des métiers différents juge, historienne, écrivaine, dessinatrice, chanteuse, etc. et demande à chacune d’elles de l’interpréter à sa manière. Chaque femme analysera le mail d’une façon professionnelle tout en faisant usage d’un vocabulaire qui lui est spécifique. En plus de cela, l’artiste se charge de prendre en photo toutes ces femmes au moment où elles découvrent le message. Elle expose toutes ces photographies accompagnées des textes d’interprétation lors d’une exposition au cours de laquelle elle représentait la France à la 52° Biennale de Venise. Ce sont donc les autres (des femmes plus particulièrement ici) qui interviennent et qui donnent ainsi naissance à un projet collectif.

                                                Fig. 11. Sophie Calle, Douleur exquise, 1984-2003.

Douleur exquise est un autre projet dans lequel l’autre est directement convoqué par l’artiste. Cette dernière demande à ses interlocuteurs : « Quand avez-vous le plus souffert?», espérant ainsi retrouver des réponses pouvant soulager une douleur causée par une rupture brutale qu’elle a vécue en 1984. En effet, en faisant appel aux autres, elle espérait relativiser en quelque sorte sa peine tout en la confrontant à d’autres douleurs qui peuvent être encore plus violentes qu’une simple rupture amoureuse. Elle utilise donc toutes les réponses qu’elle a eu en retour pour les confronter à son propre texte (un texte qu’elle pratique durant trois mois et dans lequel elle relate le moment où elle a reçu le message et l’intensité de la douleur qu’elle ressent).  Notons que progressivement, le texte de l’artiste rétrécit jusqu’à ne presque plus rien apporter sur les détails relatifs à ce jour. Cette progression est symbolique car elle démontre comment la douleur de l’auteur s’atténue petit à petit jusqu’à disparaître complètement.

Sophie Calle est une artiste qui met à nu les détails les plus intimes de sa propre vie et en donne accès à son lecteur/spectateur en allant même jusqu’à l’inviter à y participer. Elle rejoint ainsi le même avis que Barthes disant que le « texte est un tissu de citations, issues des mille foyers de la culture13». Chaque chose l’inspire, mêmes celles qui nous semblent les plus anodines : des gens qui passent dans la rue, des tombes dans un cimetière, des tableaux volés dans un musée, des gens qui dorment, etc. À partir de tout cela, elle a conçu des expositions, des performances et des versions écrites de ses diverses créations.

Arrivé à ce stade, peut-on donc prétendre connaître réellement Sophie Calle ? Aurait-on fait tout ce chemin pour rien ? Qui est réellement cette « faiseuse d’histoires14», comme l’appelait Hervé Guibert ? Ces questions ne cessent de me tarauder…

 Allez-y, vous pouvez à votre tour en faire l’expérience. Rentrez dans son univers, assistez à ses expositions, lisez certains de ses livres, regardez ses films et surtout contemplez méticuleusement ses photographies et laissez-les vous emporter dans le dédale vertigineux de la vie de l’auteur.


NOTES

  1. Anne Sauvageot, L’art caméléon, Paris, Presses Universitaires de France, 2007. []
  2. Sophie Calle, A suivre…, Arles, Actes sud, 1998. []
  3. « Je ne voulais pas retrouver mon ancien univers, mais je ne connaissais rien au Paris nocturne, au Paris des restaurants, des sorties. J’étais perdue, déprimée. Je n’avais pas d’amis. (…) Mais il fallait trouver quelque chose à faire. J’ai commencé par suivre des gens dans la rue. Je me suis aperçue que cela donnait une direction à mes promenades. Je me disais que j’allais découvrir des lieux, des restaurants, que je ne connaissais pas. C’était une manière de me laisser porter par l’énergie des autres, de les laisser décider de mes trajets pour moi. » (C. Macel, « Interview-biographie de Sophie Calle », Sophie Calle, M’as-tu vue ? Paris, Centre Pompidou, 2003, p.76). []
  4. Sophie Calle, Les Dormeurs, Arles, Actes Sud, 2000. []
  5. « Les premières fois que j’ai gravi les marches du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, c’était pour y exposer, en 1980 » (Christine Macel, « interview-biographie de Sophie Calle », op. Cit., p.75 []
  6. « Selon mes instructions, dans le courant du mois d’avril 1981, ma mère s’est rendue à l’agence Duluc détectives privés. Elle a demandé qu’on me prenne en filature et a réclamé un compte rendu écrit de mon emploi du temps ainsi qu’une série de photographies à titre de preuves. » (Sophie Calle, La Filatures, Arles, Actes Sud, 1998, p. 111). []
  7. Cela n’était certainement pas choquant à l’époque car les « mythologies individuelles » sont l’une des thématiques qui ont fortement influencé les créations artistiques des années 1970. []
  8. C’était la nuit du 5 au 6 octobre 2002. « Raconte-moi une histoire pour que je ne m’en dorme pas », disait-elle, « Durée maximale souhaitée : 5 minutes. Prolongation si récit palpitant. Pas d’histoire, pas de visite. Si votre histoire m’a endormie, ayez l’obligeance de vous retirer discrètement et priez le gardien de me réveiller… » (Sophie Calle, Histoires vraies : [56 récits], Arles, Actes sud, 2017, p.83). []
  9. Sophie Calle, Le carnet d’adresses, Arles, Actes Sud, 1998, p.9. []
  10. Il se trouve que le propriétaire du carnet l’a mal pris tout en refusant une intrusion de la sorte dans sa vie privée. En contrepartie, il a donné une réponse dans le même journal en dévoilant son identité et en y intégrant une photo de Sophie Calle entièrement nue. []
  11. Cette idée de garder trace des choses est clairement exprimée par l’artiste quand elle dit : « J’ai une mémoire défaillante. Donc cela a toujours été automatique pour moi de prendre des notes. À mes yeux, ce n’était ni de la littérature, ni de la photographie. Plutôt un constat, des souvenirs, des traces ». (Fabien Stech, J’ai parlé avec Bertrand Lavier, Annette Messager, Sylvie Fleury, Hirschhorn, Pierre Huyghe, Delvoy, D.G.-F, Hou Hanru, Sophie Calle, Ming, Sans et Bourriaud, Dijon, Les Presses du réel, 2007, p. 97). []
  12. Sophie Calle, Fantômes, Arles, Actes Sud, 2000. []
  13. Roland Barthes, « La mort de l’auteur », dans Essais critiques IV, Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984, p. 61-66. []
  14. Hervé Guibert, « Panégyrique d’une faiseuse d’histoires », dans Sophie Calle : à suivre [cat. Expo. 2 juillet-13 octobre 1991], Paris, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 1991. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/10/2019

    […] que Barthes disant que le « texte est un tissu de citations, issues des mille foyers de la culture12». Chaque chose l’inspire, mêmes celles qui nous semblent les plus anodines : des gens qui […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search