Couverture du n°14 de Sorcières, La Jasette, éditions Stock, 1978.

“Les jaseuses (en France, on dirait peut-être les parleuses) causent à l’ombre, derrière les volets, dans l’odeur de confitures”

Pour cette première carte blanche qui m’est confiée par les Parleuses je vais vous faire part d’une découverte toute fraîche et qui survient très à propos. Je suis tombée cette semaine sur ce numéro de Sorcières : La Jasette. Il s’agit d’une revue féministe française fondée par Xavière Gauthier en 1975 — une “Parleuse” elle aussi ; en 1978, pour le numéro 14, ce sont des Québécoises qui la prennent en charge ; elles compilent une série de textes sur “la jasette”, une forme de bavardage à la fois typiquement féminine et typiquement québécoise. Comme le dit Nicole Brossard :

Jaser, c’est typique, ça n’a rien d’universel, bien que ce le soit ; typique en cela que quotidien et fort concret (comme le travail des femmes). C’est quelque chose qui s’entend à demi-mot […] et qui ne se fixe jamais sur le même sujet. […] C’est typiquement femme et québécois, la jasette ! Ça pourrait servir au folklore. Ça pourrait se coloniser poétiquement.1

On est en plein dans les grandes problématiques qui croisent féminisme et littérature dans les années 1970.

  • “Ça pourrait servir au folklore”. Il est question de revaloriser — relégitimer — la parole traditionnelle des femmes, là où elle a été reléguée depuis toujours. On peut la perpétuer, “servir” le folklore un peu plus ; ou on peut la subvertir, prendre appui sur le folklore pour atteindre une certaine révolution féminine.
  • “Ça pourrait se coloniser”. La question de la colonisation de la langue est en soi une problématique féministe : pour les militantes d’alors, en France, au Québec, ailleurs aussi, il est urgent de récupérer l’usage de la langue car elle a été trop longtemps “colonisée” par les hommes — ils sont les seuls à y être sujets légitimes, ils sont les seuls qu’elle représente dignement. Bien sûr, au Québec, la question est redoublée, voire triplée : l’anglais est une langue colonisatrice toujours activement menaçante, le français est une langue sœur par rapport à laquelle il faut se situer et constituer une identité propre. La jasette “ça pourrait se coloniser”, ça pourrait être un moyen de renverser toutes ces tensions et de mener par là une révolution de la langue.
  • “Poétiquement”. Politique et poétique se retrouvent inextricablement liés dans cette révolution de la parole. Les Québécoises, en tant que femmes et en tant que minorité nationale et linguistique dans leur propre pays, luttent pour accéder à la parole ; la “jasette” devient un nœud révolutionnaire, lieu par excellence de leur parole qu’il s’agit de transformer poétiquement et politiquement.

Parlons donc de ces “jaseuses” québécoises, autres “parleuses”.

Plan de l’article :

 

Jasette poétique

Jasette et jazzette

Le premier article de la revue est consacré à la “jazzette”, selon un jeu de mots qui établit une analogie entre les Québécoises et les esclaves noirs.

La jasette appartient aux femmes comme le jazz et le blues appartiennent aux Noirs. C’est le discours-type des négresses blanches d’Amérique.2

L’analogie passe mal en 2019 : il est sans doute très malvenu de comparer l’expérience québécoise ou l’expérience féminine à l’expérience de l’esclavage. C’est un type de discours qui a été largement déconstruit depuis, notamment par les black feminists, mais encore très courant pendant les années 1970. En général, on compare les expériences sur une base économique : les esclaves noirs, comme les femmes, sont des êtres qu’on exploite / a exploité pour leur force de travail. Ici l’originalité tient à ce que la comparaison est faite sur une base linguistique et poétique : c’est leur usage de la parole qui rapproche les Québécoises des Noirs. Elles se l’approprient, créent un genre qui leur “appartient”, la jasette ; elle devient leur “discours-type” parce qu’elles sont les seules, en principe, à l’employer, et parce qu’elle fait corps avec leur condition d’opprimée. En effet,

Les jaseuses (en France, on dirait peut-être les parleuses) causent à l’ombre, derrière les volets, dans l’odeur de confitures.3

Les femmes sont reléguées à la vie domestique et au travail ménager : la cuisine est, symboliquement et matériellement, le seul espace où la parole leur est accessible. Elles se parlent en cachette des hommes, “à l’ombre”. Elles “jasent” en cuisine, pendant qu’eux “discutent” à la taverne autour d’une bière — espaces réservés pour des conditions sociales opposées. Leur parole est dévalorisée, comme la parole orale des esclaves, qui eux aussi la pratiquaient entre eux dans les espaces où ils étaient relégués loin des Blancs. Pour les femmes comme pour les Noirs, explique encore La Graph, il s’agit de créer un langage codé, de “parler quand même4, et de potentiellement fomenter une révolte.

La jasette est un moyen de communiquer entre opprimées, de subvertir la langue, mais aussi d’éveiller les consciences : c’est ce qu’on pratique dans les fameux groupes de prise de conscience féministes des années 1970.

La jasette part du vécu, de la vie quotidienne. C’est en jasant de notre vécu que nous avons pris conscience que nous vivions toutes à peu près les mêmes choses, comme femmes. C’est de là que nous sommes parties pour découvrir jusqu’à quel point la vie privée est politique.5

Car la jasette — comme le blues des esclaves — suit une logique analogique, intuitive, et émotionnelle, plutôt que pseudo-rationnelle et théorique. Si l’on veut pouvoir communiquer entre femmes, il est exclu de reprendre le langage logomachique des hommes : la politique advient par la création poétique plutôt que par la théorie.

“Tout air peut être jazzé, c’est une question de style. Toute théorie peut être jasée, c’est une question de style.”6

 

“J’anarchise et je versatile”

Janou Saint-Denis offre un exemple de texte poétique sur la jasette. Comme souvent dans les textes féministes québécois des années 1970, l’écriture — la jasette — repose sur des séries de jeux de mots et sur des parodies du discours masculin.

J’anarchise et je versatile. […]

Entre nous femmes, paroles ambitieuses que l’on verse sèment dans le corps-texte imbroglio tel qu’irruptent les urgences :

cul tanné – paranoïa des tempes –

lamentes ovulaires – circumambulation –

autour du sexe – esoterix […]

mots “freaks” qui tachent

depuis les caves antiques les meilleurs vins

depuis les assises de la jasette les meilleures causes […]

Où sont les suintes écritures ? de tes larmes en chevauche sur la cyprine désarmée… tes mots travaillent ailleurs, au bénéfice de qui ? […]

Jaser sans rien dire ni ne nuit ni n’élève. Vite, se retrouver seule pour inventer le dialogue, surtout la réplique de l’autre, ainsi devancer la riposte. Être cheftaine des zazards, ne plus rien se laisser imposer et la dictature en vadrouille sous la soleil devenue lumineuse et flambeuse des commandes. […]

près de moi, vient s’asseoir l’homme haut ! entre deux Craven-A, il m’éclabousse d’ovarites sur un air de jazz-gland qui rit qui pleure qui gonfle. Il s’anude et m’effraie, je ne m’articule plus, mon bic rumine… meuhhhh meuhhh meuhhh la vache se renfrogne…7

Le poème se délivre de tout carcan obligé : les vers sont libres, parfois courts, parfois longs ; la typographie varie, entre italiques et petites capitales agressives ; la langue française se laisse contaminer par la langue anglaise (“mots ‘freaks’ qui tachent”) ; la langue poétique est envahie par l’animal et l’obscène (“meuhhhh meuhhh”, “jazz-gland […] qui gonfle”), par du vocabulaire gynécologique (“ovulaires”, “ovarite”) et des néologismes (“circunambulation”) ; le genre des mots, et des plus nobles, se féminise (“la soleil devenue lumineuse et flambeuse“) ; les écritures saintes “suintent”, comme chez Louky Bersianik.

Féminiser les mots et se réapproprier le langage par la jasette est une manière de résister à “la dictature”, d’empêcher que les mots “travaillent ailleurs”, au bénéfice des autres — “l’homme haut”, sans doute. “Entre nous, femmes”, nous devons avoir des “paroles ambitieuses” : jaser, mais politiser cette jasette pour qu’elle donne lieu à un vrai “corps-texte” révolutionnaire.

 

Jasette politique

Politiser le placotage

Plusieurs autres participantes à la revue parlent plus explicitement encore de politisation de la jasette. Michèle Jean par exemple, historienne, qui considère que “le placotage” — la jasette — est le seul langage qui reste aux femmes une fois que les hommes les ont évincées de l’histoire. C’est, entre autres, le discours des émotions, du souci de l’autre. Quand ce sont les hommes qui l’utilisent, tout se passe bien : on leur sera reconnaissant d’exprimer leur sensibilité. En revanche quand ce sont des femmes, on les traite d’hystériques.

Ce qu’on a voulu éviter et ce qu’on essaie encore d’éviter, c’est que le placotage ne devienne politique par la bouche des femmes. Alors il risquerait d’être entendu de toutes les femmes et de créer la base d’une solidarité entre elles. La crainte qu’inspire le féminisme, la peur de le voir se répandre ne seraient-elles pas liées intimement à la crainte de la politisation du placotage ?8

Pour reprendre ce qui était dit plus haut, la jasette selon les hommes doit rester en cuisine : chaque ménagère chez elle, avec une amie au plus, isolée du reste du groupe des femmes — autrement, on risque la mutinerie. Si la jasette arrive sur la place publique elle crée la possibilité d’une solidarité féminine, d’une prise de conscience de l’oppression commune, et donc la possibilité d’une révolution des femmes : c’est là tout le sens de la revalorisation de la jasette par les féministes. Et, de fait, pendant les années 1970, on peut enfin espérer une révolution par la jasette :

Ça jase de plus en plus : tous les jours à la librairie, au centre des femmes battues, au centre de viol, aux Têtes de pioche, à la maison des femmes, au téléphone, au lit, dans la rue. De plus en plus.

On a beau parler pour parler, ça finit par faire jaser le monde autour de nous.9

 

Explosives jasettes intérieures

Marthe Blackburn fait en gros le même constat et le met en scène dans son écriture. Son texte revient sur le fait que, quasiment toute sa vie, comme pour la plupart des femmes, elle est restée silencieuse et a réservé ses causeries pour elle seule : “la plupart des jasettes que j’ai faites dans ma vie, ont été le contraire de la loquacité et de la faconde, puisqu’elles étaient intérieures10 — une parole rentrée. En même temps qu’elle parle de cela, elle raconte son histoire personnelle, en particulier son rapport avec les hommes ; son récit est systématiquement entrecoupé de remarques sur la vie de sa mère ou de ses amies :

FAIT DIVERS. Ma mère a eu onze enfants : elle est morte à 42 ans.

Je continue. Si j’ai admiré les hommes, eux je dois dire qu’ils m’ont aimée. Ils ont aimé ma jeunesse […]

FAIT DIVERS. Une de mes amies a été violée dans un parking : elle était allée au concert entendre les sonates de Bach pour flûte et clavecin je pense. Il l’a battue, lui a mis un couteau sur la gorge, l’a enfermée dans le coffre de sa voiture à elle. Elle a beaucoup crié : ce matin, je ne reconnaissais plus sa voix au téléphone. Elle a 51 ans aujourd’hui. Bon anniversaire.

Je m’excuse de sans cesse m’interrompre. Je dis que les hommes m’ont aimée et m’aimeront toujours, et je pourrais continuer ainsi pendant des pages à dérouler des millénaires de vies de femmes pétrifiées et à trouver que le monde est à l’endroit : car c’est ainsi que les hommes entrevoient notre destinée. Les goulags les dérangent, l’homme multidimensionnel les préoccupe, le tiers-monde aussi parfois, mais les arpents de femmes qui longent leur vie, on dirait qu’elles n’ont été placées là que pour être enjambées comme du bois mort : ceci n’est qu’accessoire. […] Au commencement était l’homme et l’histoire s’est arrêtée là.11

Son récit est littéralement la mise en texte de la jasette et de sa force destrutrice. La jasette ce sont ces “fait divers” à la suite les uns des autres, ces digressions, ces interruptions ; en même temps, elle est explosive elle qui sous des airs de légèreté et d’anecdote analyse en fait la gravité de la condition de vie des femmes. Marthe Blackburn s’“excuse” de sans cesse s’interrompre : ironie ou non ? Sans doute, car elle est en colère. En réalité elle ne s’excuse de rien du tout, sa jasette est un démontage en règle du patriarcat ; elle devrait, comme femme, s’excuser, prendre la seconde place, garder le silence pendant qu’on “pétrifie”, viole et tue des générations et des générations de femmes — elle refuse.

Comme les autres participantes de la revue, elle espère encore qu’une révolution féministe est en train d’advenir :

Et puis un jour, nos jasettes ont commencé peu à peu à sortir de leur rafale d’obscurité et j’ai senti que nous étions des “femmes en travail” depuis des millénaires et qu’une grande renaissance approchait. Nous qui étions pourtant parvenues à soutenir le discours de l’homme, qui avions accepté comme à tout jamais leur rationalité, leur logique, qui commencions à nous admirer à leur côté, voilà que soudain et d’une même connivence, nous sommes sorties des rangs pour aller “babiller” entre femmes. […] On s’est mises à ébranler la terre à coups de petites évidences ; eux parlaient démographie, nous, nous traduisions droit à l’avortement dans notre langage de corps.12

On retrouve la même idée : la révolution en cours est portée par le langage, et par le langage spécifique des femmes, ici la jasette. Elle est associée à un travail — comprendre “accouchement” — et à une renaissance ; elle est un babillage fait de “petites évidences” capables de bouleverser toute la société — modestes mais plus pertinentes et plus puissantes que le petit discours rationnel et étriqué des hommes, coupé du “corps” et de la vie.

On peut remarquer ici qu’on se trouve à l’intersection d’une analyse matérialiste de l’usage féminin de la parole, basée sur l’histoire et la condition sociale qui est faite aux femmes, et d’une analyse essentialiste, basée sur un certain rapport de l’identité féminine avec la vie, la nature, le corps ; comme très souvent au cours des années 1970, les deux analyses se mêlent inextricablement. En littérature, on a souvent plus tendance qu’en politique à tirer du côté de l’essentialisme, car il regorge de possibilités poétiques. Et en effet à la fin du texte, Marthe Blackburn se met à valoriser un “langage de fous”, comme le font les tenantes de “l’écriture féminine” : la jasette est revalorisée non seulement parce qu’elle est historiquement le discours réservé aux femmes, mais parce qu’elle propose un langage autre, hors de la rationalité.

Et s’il ne nous reste qu’un langage de fous pour communiquer entre nous, délivrons-le. Moi, je sais beaucoup de choses depuis ma vie. Toi ? Je suis poussée à bout des choses que je tais. Elles m’étranglent et je veux les crier. Personne encore ne sait rien de ma folie, de mon délire de monde ; ma folie ne ressemble en rien à la tienne. Je suis en dissidence avec l’absolu de l’Histoire. Et c’est ça que les femmes veulent dire.13

 

Jaser sur les conflits

Ainsi la jasette est d’abord une manière de communiquer entre femmes : au premier stade de l’éveil féministe, c’est le lieu discursif qui permet la prise de conscience de l’oppression. Mais ensuite la jasette devient aussi un espace de négociation entre féministes.

 

“Même de la jasette s’érige la censure”

C’est le texte d’Agathe Martin qui le montre le plus : elle l’écrit en protestation contre celle qu’elle nomme “la commissaire politique”, une camarade féministe qui cherche à imposer sa vision de la lutte aux autres, et sa vision de la bonne ou de la mauvaise jasette.

La commissaire politique. C’est elle qui me fait peur. En rêve l’autre jour elles venaient en bande me lire une ordonnance. C’était une copine d’étude qui lisait. Il fallait m’arrêter. M’arrêter de parler de moi. Trop d’énergies perdues : dispersion individualiste d’énergies qui pourraient être utilisées à des fins politiques. Se taire. Tarir tout discours, palabre, soliloque de soi à soi. Nuisible. Déclaration à haute voix tenant bien tendu le parchemin déroulé. (Hérault-héroïne). Là où l’écrit politique écrase le dit. L’efface, l’égalise. Rien ne doit dépasser. Comme dans une coupe au rasoir bien nette. Clean cut. Elles doivent voir à bien me couper ce qui déborde. Ôter ce qui en trop. Les débordements. … À nouveau l’interdit à deux pattes, femelles cette fois. In-taire-dit. Taire cet infâme (in-femme) dit intime. Elle a dit non l’intimitée.14

Certaines veulent jaser en parlant d’elles et de leurs expériences personnelles : c’est le principe des groupes de prise de conscience, normalement, dont la démarche est souvent assez proche de la psychanalyse. Normalement, la prise de parole ainsi pensée permet aux femmes de comprendre qu’elles vivent les mêmes choses, et ainsi déclencher une lutte véritablement féministe. Mais, de l’autre côté, il y a les féministes plus influencées par le marxisme, qui considèrent que la lutte doit d’abord et avant tout être collective : pour elles, trop s’appesantir sur le personnel est une mauvaise chose, et la jasette doit être un moyen de monter des stratégies politiques plutôt que de discuter de ses expériences. Ce que relève Agathe Martin, c’est que dans ce cas, les femmes adoptent elles aussi des comportements dictatoriaux de type masculin : “À nouveau l’interdit à deux pattes, femelles cette fois.”

Et puis la jasette entre féministes fait circuler ces interdits de femme en femme ; le sens de la jasette peut s’y perdre. Voilà comment se termine le texte :

P.S. : pour Evelina : Maison des femmes, Montréal mars 1977. Il y en a encore une autre qui m’a dit : “Toé, tais-toé ! Si tu parles de jasette dans la revue française Sorcières, c’est pas sorcier, c’est du colonialisme. Tu te fais encore exploiter.” Je lui ai demandé : “par qui ?” Elle avait un blanc de mémoire. Il m’a semblé qu’elle aussi (s)’était oubliée quelque part ailleurs : elle avait beaucoup de mal, comme tu le faisais dans ta cuisine, à jaser, seulement jaser pour que tendresse et partages viennent. (Elle a dû recevoir dernièrement la visite de la commissaire…)15

 

Une collaboration franco-québécoise… ambiguë ?

Je profite de cet extrait pour revenir sur l’éditorial de la revue parce qu’il est tout de même assez frappant. Agathe Martin semble tourner au ridicule l’idée qu’il pourrait y avoir du “colonialisme” dans le rapport des Françaises au Québécoises… mais le fait est qu’un rapport de force se donne à lire dès l’éditorial. Voilà comment les Françaises accueillent les Québécoises au sein de leur revue :

Quand des femmes de Strasbourg ont souhaité parler à partir de leur pays l’Alsace, elles ont pu choisir et prendre en charge le thème “Fidélités”. La même suggestion a été faite à cette amie québécoise de passage à Paris qui regrettait que nous manifestions trop peu l’intérêt que nous portions au mouvement des femmes du Québec.

Ainsi nous parvint malgré l’océan, le courrier si long à circuler et toutes les réalités d’un éloignement géographique impressionnant, cette parole intime, originale et si proche, si intégralement leur mais que nous sentons nôtre en même temps : la Jasette.

Amies québécoises, c’est à vous que nous nous adressons, vous dont nous espérions beaucoup un texte collectif disant vos espoirs, vos difficultés internes avec l’élaboration de ce numéro, difficultés qui semblaient apparaître lors de nos trop rares échanges épistolaires (c’est loin le Québec !). […]

Que vous ayez ressenti le besoin de publier un numéro québécois, ici à Paris, alors qu’il se passe tant de choses chez vous, nous a paru étonnant mais intéressant puisque nous pensions que consacrer un numéro par an (1/5 de la “production Sorcières“) à la province ou à nos sœurs de même langue était une ouverture certainement très riche. […]

Nous souhaitons que amour et attention, portés à vous québécoises, présideront à la lecture, par nous françaises, de ces pages qui sont les vôtres.16

Le geste est poétique : j’aime l’idée de construire un discours politique et une “parole intime” par-delà l’océan ; mais la position des Françaises est pour le moins ambiguë. D’abord, elles reprochent aux Québécoises de ne pas s’être concertées pour rédiger ensemble un éditorial au numéro ; elles le reprochent d’autant plus qu’il semble qu’il y ait eu des tensions pendant sa réalisation. Et puis l’emphase est assez nettement portée sur la différence qu’il y a entre les deux pays : “malgré l’océan”, “c’est loin le Québec !”, opposition “vous québécoises” vs. “nous françaises” renforcée par la répétition “ces pages qui sont les vôtres” et le rejet du possessif en fin de phrase. Les Françaises sont manifestement conscientes que les Québécoises regrettent qu’elles ne leur portent que peu d’attention, malgré tout elle continuent de porter un regard un peu exotisant sur leurs textes : l’entreprise semble charmante et un peu déconcertante — la parole des Québécoises est “originale”, “étonnant[e] mais intéressant[e]”, on leur porte “amour et attention”…

La jasette, en réponse, devient cela aussi : une auto-définition des Québécoises par rapport à ces Françaises qui les accueillent avec distance, un espace de jeu entre sororité et défiance.

 

“Alors les féministes, on jase de quoi aujourd’hui” ?

Outre les quelques tensions internes qui peuvent exister, les désaccords politiques, les visions révolutionnaires opposées, la “jasette” reste un lieu commun des femmes dans lequel elles peuvent se retrouver et rire doucement de leur oppresseur.

Alors les féministes, on jase de quoi aujourd’hui, les p’tites mères, dit-il interrompant brutalement notre conversation, alors que nous étions cinq femmes à jaser femmes.17

Le geste ressemble à ce qu’on appelle le “retournement du stigmate”18 : si les hommes relèguent les femmes à la jasette, les femmes la retourneront en arme contre eux — elles se ligueront, se moqueront, construiront leurs propres discours et fomenteront sans eux la révolution.

 

Cite this article as: Aurore Turbiau, "“Les jaseuses (en France, on dirait peut-être les parleuses) causent à l’ombre, derrière les volets, dans l’odeur de confitures”," in Les Parleuses, 14/07/2019, https://lesparleuses.hypotheses.org/615.

Notes :

  1. Nicole Brossard, “Ça fait jaser”, Sorcières, n°14, La Jasette, Stock, 1978, p. 23 []
  2. La Graph, “La jazzette ou le parler des négresses blanches d’Amérique”, Sorcières, n°14, La Jasette, Stock, 1978, p. 5. []
  3. La Graph, ibid., p. 6. []
  4. La Graph, ibid., p. 5. Pour une explication sur la codification des chants d’esclave dans le blues notamment, lire le très bel ouvrage d’Angela Davis traduit récemment aux éditions Libertalia par Julien Bordier, Blues et féminisme noir, éditions Libertalia, Montreuil, 2017. []
  5. La Graph, ibid., p. 6. []
  6. La Graph, ibid., p. 6. []
  7. Janou Saint-Denis, “Jasette au bic”, Sorcières, n°14, La Jasette, Stock, 1978, p. 7. []
  8. Michèle Jean, “Le placotage des femmes à travers l’histoire”, Sorcières, n°14, La Jasette, Stock, 1978, p. 18 []
  9. Nicole Brossard, “Ça fait jaser”, Sorcières, n°14, La Jasette, Stock, 1978, p. 24 []
  10. Marthe Blackburn, “Les jasettes intérieures”, Sorcières, n°14, La Jasette, Stock, 1978, p. 27. []
  11. Marthe Blackburn, ibid., p. 27-29. []
  12. Marthe Blackburn, ibid., p. 29. []
  13. Marthe Blackburn, ibid., p. 29. []
  14. Agathe Martin, “Même de la jasette s’érige la censure”, Sorcières, n°14, La Jasette, Stock, 1978, p. 25. []
  15. Agathe Martin, ibid., p. 26. []
  16. Éditorial, Sorcières, n°14, La Jasette, Stock, 1978, p. 2. []
  17. Nicole Brossard, ibid., p. 24 []
  18. Exemple : réappropriation du mot queer par les communautés LGBT, du mot gouine par les lesbiennes, etc. []

1 réflexion sur « “Les jaseuses (en France, on dirait peut-être les parleuses) causent à l’ombre, derrière les volets, dans l’odeur de confitures” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.