Louky Bersianik, Nicole Brossard, Louise Cotnoir, Louise Dupré, Gail Scott et France Théoret, La théorie, un dimanche.

Compte-rendu du club de lecture des Parleuses à propos de l’ouvrage  La théorie, un dimanche de Louky Bersianik, Nicole Brossard, Louise Cotnoir, Louise Dupré, Gail Scott et France Théoret

***
Séance n°3 proposée et animée par Ariane Gibeau (Université du Québec à Montréal), le 23 octobre 2019 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Salle 410

***

Présentes : Khadija Benfarah, Ariane Gibeau, Claire Salles, Nessrine Naccach.
Rédaction : Ariane Gibeau

Présentation du livre

  • La théorie, un dimanche est un texte paru en 1988. C’est considéré comme l’un des classiques de la critique féministe au Québec. A même été réédité l’année passée, dans le cadre du 30e anniversaire de sa parution.
  • Au milieu des années 1980, il existe peu d’essais québécois qui pensent la place des femmes dans l’écriture, qu’il s’agisse de la réalité des personnages féminins représentés par les autrices, ou encore la place des autrices dans le champ littéraire. Les essais de Suzanne Lamy, d’elles et Quand je lis je m’invente, publiés en 1979 et 1984, constituent alors des écrits pionniers. Dans ces deux essais, Lamy cherche à circonscrire ce qu’est l’écriture au féminin par ses formes, ses constantes, etc. Par exemple, elle s’intéresse au bavardage et à la litanie, qu’elle dit être des stratégies textuelles récurrente dans la fiction des femmes, et elle s’intéresse également à la question de la filiation, à la manière de créer une tradition d’écriture pour les femmes, de combler l’absence de modèles littéraires.
  • Évidemment, il y a une littérature féministe très active depuis les années 1970 (avec des œuvres comme ES d’Anne Hébert, La Nef des sorcières, Les fées ont soif, Le Journal d’une folle, La venue à l’écriture, etc.). Dans la plupart des textes, ce qui est mis de l’avant, et de manière de plus en plus radicale, c’est le désir d’autonomie des femmes. Les écrivaines ont en commun de vouloir changer la manière de concevoir la place des femmes dans la société ET de proposer de nouvelles structures formelles.
  • Elles cherchent à inscrire le féminin dans la textualité, ce qu’elles font en proposant une écriture assez difficile, voire cryptique, et en imaginant une toute nouvelle façon d’écrire, en s’opposant aux narrations traditionnelles et au langage patriarcal. Elles cherchent à jouer avec la langue, ce qui leur permet de proposer un travail de théorie fiction – forme toujours floue.
  • Elles intègrent des figures mythiques comme la sorcière et l’hystérique, qui deviennent très importantes dans la fiction autour de 1975. Sans possibilité d’inscription dans la culture: elles sont hors des règles, ce qui leur permet justement d’énoncer un nouveau langage. De ce point de vue, les autrices féministes tissent de nombreux ponts avec la production littéraire féministe en France.
  • Des maisons d’édition comme Pleine lune et Remue-ménage sont aussi fondées au milieu des années 1970, de manière à donner de la visibilité aux écrits des femmes.
  • Mais il reste encore à proposer un travail théorique pour accompagner les œuvres. Le boom vient à la fin des années 1980. Outre la TD, on voit la publication d’essais littéraires comme La Lettres aérienne de Nicole Brossard, La Main tranchante du symbole de Louky Bersianik et Entre raison et déraison de France Théoret, des études universitaires comme Écrire dans la maison du père de Patricia Smart, des thèses comme Stratégies du vertige de Louise Dupré et Malaise et révolte des femmes de Lori Saint-Martin. Les autrices de la TD sont au devant de cette explosion critique. Tout se passe comme s’il y avait eu un décalage temporel entre l’écriture de fiction qui bouleverse tous les codes, et le moment de théoriser cette écriture.

Les autrices

Les autrices de la TD sont déjà des écrivaines reconnues et ont à leur actif de nombreuses œuvres.

Louky Bersianik (née Lucile Durand) a écrit des chansons et des textes pour la radio, la télévision et dans plusieurs revues, elle est notamment l’autrice de L’Euguélionne, considéré comme le grand roman féministe québécois, publié en 1976, qui est une charge parodique contre les discours religieux, mythologiques, psychanalytiques, médicaux, politiques, etc. qui dévalorisent les femmes. L’Euguélionne est une créature extra-terrestre qui vient sur la terre pour « redorer le blason de cet animal bizarre qu’on appelle femme avec mépris ». Tout le texte est numéroté, un peu comme la Bible ou le code civil. L’idée est justement selon Bersianik de proposer une anti-Bible, de dénoncer le fait que les femmes y sont des Maculées conception, etc. Sa publication va mener notamment à l’adoption d’une politique par l’OQLF afin de féminiser les titres et fonctions.

Nicole Brossard est connue pour sa poésie dite formaliste, qui pense la domination des femmes à partir même des structures du langage. Elle a beaucoup exploré le désir lesbien dans ses écrits, notamment dans le livre Amantes. Elle a notamment participé à la création de la Nef des sorcières en 1976, pièce classique du théâtre féministe québécois, et a aussi confondé Les Têtes de pioche, journal militant – je dirais l’équivalent du Torchon brûle en France.

France Théoret a gravité dans les mêmes cercles et a publié de nombreux livres, dont Bloody Mary et Nous parlerons comme on écrit. Elle s’intéresse dans ses écrits à la souffrance collective des femmes, aux rapports mère-fille, à la mémoire des femmes.

Les six autrices de TD sont toutes bien établies dans le champ littéraire et ont des liens entre elles depuis longtemps, elles gravitent autour de la Nouvelle Barre du Jour, une revue littéraire d’avant-garde et de Spirale, magazine de critique littéraire. L’objectif qu’elles se donnent est simple et informel : manger ensemble une fois tous les 2 mois pour discuter théorie féministe.

C’est important aussi de les situer en regard du champ littéraire québécois dans son ensemble. Depuis au moins le début des années 1960, la grande préoccupation des écrivains et critiques littéraires masculins tourne autour de la question nationale, c’est-à-dire le désir d’autodétermination politique, le désir de s’émanciper de la Conquête britannique de 1760 et de ses conséquences sur les francophones, le rapport du Québec francophone vis-à-vis du reste du Canada. Quand on regarde la production littéraire des femmes depuis les années 1960, on voit très clairement que la question nationale est vraiment secondaire, les thèmes abordés sont totalement différents (violence h/f, maternité, relations amoureuses, etc.)

Donc dans l’essai aussi, c’est important de sortir de ce paradigme qui semble universelle mais qui est en vérité masculine. Les écrivaines de la TD ont envie de construire du neuf, pas juste de s’apitoyer sur un climat politique déprimant, ce qui est un peu en marge de ce qui se passe à l’époque.

Les grands thèmes

  • Manuel à l’intention des féministes qui écrivent. Inscrire la réalité des femmes dans le symbolique, créer un espace pour exister. Il y a la nécessité pour les membres du collectif de poser explicitement leur standpoint, leur posture de femme, de féministe qui écrit. On a une contestation très claire du masculin universel.
  • Concilier l’expérience vécue et l’expérience textuelle : les textes de Nicole Brossard et de France Théoret sont tout particulièrement à propos. Penser par exemple les liens d’amour entre femmes ou les manières de vivre un engagement féministe avec l’épuisement que ça suggère.
  • Montrer le caractère patriarcal de l’institution qui juge les textes à partir d’une grille précise et tenter de trouver des solutions pour changer la donne.
  • Penser le féminisme comme un mouvement inachevé, comme un mouvement en perpétuel changement, bouleversement.
  • Texte à mi-chemin entre les traditions théoriques française et états-unienne : d’un côté la différence, l’expérience du féminin, l’écriture du corps, de l’autre les conditionnements sociaux, tout ce qui est culturel. Conscience des enjeux sociaux et des enjeux de langage. Brossard par exemple s’intéresse à ce qui rend les femmes féministes.

Quelques questions

  • Livre qui a vieilli, qui porte les marques de son époque, alors comment, en tant que jeunes chercheuses, se situer par rapport à lui ? Quelles sont les actualités de ce livre ? Qu’est-ce qui nous parle encore ?
  • Qu’est-ce qui au contraire a mal vieilli et ne nous touche plus ? Que faire de l’universalisme en 2019 ?
  • Comment concilier engagement militant et réflexion intellectuelle ?
  • Comment réfléchir les liens entre les femmes, tels que le propose notamment Nicole Brossard (amour entre femmes, identification, lesbianisme, etc.)
  • Qu’est-ce que la recherche-création peut encore nous apporter ?

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/02/2020

    […] Le troisième club de lecture des Jaseuses, ex-parleuses, s’est tenu en octobre 2019. Le compte-rendu de la séance, qui portait sur un des livres fondateurs de la critique littéraire féministe au Québec, est disponible sur l’ancien carnet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.