Kiki Smith met le monde « cul par dessus tête »

Par : Caroline Dejoie

 Si art et catholicisme s’accordent si bien,
c’est parce que l’un et l’autre renvoient à la possibilité
d’une manifestation physique du monde invisible1.

C’est d’abord le terme « hybride » qui me vient en tête lorsque je tente de décrire le travail de la plasticienne américaine Kiki Smith. Depuis les années 1970, elle explore au gré de ses envies des techniques variées – sculpture, gravure, dessin, tapisserie, vidéo, photographie, etc – pour créer un univers plastique surprenant, généreux et extrêmement diversifié. Du même coup, elle bazarde les hiérarchies de genres et de matériaux, sculptant aussi bien le papier-mâché que l’or, la laine que le bronze.

Sainte Geneviève, 1999

Surtout, chez Kiki Smith les références se croisent, les cultures cohabitent, les échelles varient et les binarités sont mises à mal. Ainsi on croise pêle-mêle Alice au pays des merveilles en bergère assoupie devenant alors Jeanne d’Arc qu’on confondrait presque avec ses moutons (Sleeping, Wandering, Slumber, Looking About, Rest Upon, 2009-2010) ; la vierge Marie démultipliée, parfois petite fille à la peau bleue, parfois androgyne et dorée, parfois empruntant à Frida Kahlo sa coupe et son costume trois pièces (Annunciation, 2010) ; et puis Sainte Geneviève moulée sur le corps de sa vraie copine Geneviève, en Petit chaperon rouge dormant tout contre le ventre du loup (Sainte Geneviève, 1999) puis émergeant des entrailles de celui-ci (Rapture, 2001). Toutes ces femmes et ces animalEs2 se confondent les unes avec les autres, formant à elles toutes une constellation de figures marquantes dans la vie de l’artiste, mais également constitutives de nos imaginaires communs.

Sleeping, Wandering, Slumber, Looking About, Rest Upon, 2009-2019 (fragment)

Pour composer ses sculptures, Kiki Smith réalise des moulages à partir de son propre corps ou de ceux de son entourage proche, pour ensuite découper et assembler des parties distinctes qu’elle rassemble en des touts hybridés, à la fois harmonieux et résolument étranges, ayant quelque chose de magique… Une et toutes sont alors rassemblées ; individuel et collectif ne sont plus séparés et nous voilà invité.e.s à mettre de côté oppositions, catégories et hiérarchies pour considérer ensemble et sans jugement le je et le nous, l’humain et le non-humain, l’intérieur et l’extérieur, le grand et le petit, l’enfance et l’âge adulte, le sérieux et le moins sérieux.

Untitled III (Upside-Down Bodywith Beads), 1993

Chez Kiki Smith, tout est aussi histoire de renversement. En se réappropriant des figures féminines issues des textes fondateurs de la culture patriarcale, elle inverse le point de vue sur ces histoires et raconte celles-ci depuis la marge, depuis l’autre côté du miroir, celui « des autres », des dominé.e.s, des femmes, des queer, des enfantEs et des animalEs. Il y a ses sculptures de jeunes filles en bronze littéralement « cul par-dessus tête » qui observent le monde depuis l’espace entre leurs genoux, la tête en bas (Upside-Down Body with Beads, 1993). Autre exemple, sa Christ de papier-mâché renversée (Untitled, 1995), seins nus et cheveux longs en crin de cheval qui balaient presque le sol.

Untitled, 1995

Kiki Smith est souvent appelée sorcière et on ne s’en étonnera pas – avec ses cheveux argentés qui dégoulinent sur ses épaules et sa manie de retourner les crucifix, on lui devine des affinités avec l’ésotérisme à tendance hérétique, et n’est-ce pas réjouissant ? Je sors donc mon Tarot de Marseille et jette un œil à la carte du Pendu, lui aussi suspendu la tête en bas, mains dans le dos et ses cheveux frôlant le sol. Son enseignement est simple : lorsque tu n’es pas maître.sse de la situation, profites-en pour changer de perspective, regarde les choses autrement, et fais-en ta force. Quelle meilleure leçon de féminisme ? Puisqu’en patriarcat le masculin fait figure d’endroit, nous voilà condamné.e.s, nous « les autres », à occuper l’envers. Mais qu’à cela ne tienne, nous occuperons cette place avec fierté, car elle nous permet d’avoir un point de vue inédit sur le monde, inatteignable pour celleux resté.e.s bien à l’endroit. Nous lirons le tarot, nous nous mettrons « cul par-dessus tête » et, suivant l’exemple de la Blue Girl (1998) de Kiki Smith, nous serons proches de la nature, nous mettrons la mer à la place du ciel et des étoiles de mer brilleront tout autour et au-dessus de nos têtes.

Blue Girl, 1998

Photos personnelles prises dans l’exposition Kiki Smith du 11 Conti Musée de la Monnaie.

Notes :

  1. Citation figurant dans le parcours de l’exposition « Kiki Smith » actuellement au Musée du 11 Conti – Monnaie de Paris, du 18 octobre 2019 au 9 février 2020. Pour approcher son œuvre aux références multiples et panculturelles, j’aime me dire que l’on peut ici remplacer « catholicisme » par « magie » ou « spiritualité ». J’ose espérer que personne ne s’offusquera de mon manque de rigueur à ce propos. []
  2. Dans un soucis d’inclusivité teinté d’écoféminisme, nous employons la féminisation du mot « animaux » en « animalEs ». Le terme est notamment proposé par ïan Larue dans Libère toi cyborg, Cambourakis, 2018, Paris. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/02/2020

    […] Lien vers l’article de l’ancien carnet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search