Lucie Delarue-Mardrus ou le combat contre la violence mâle :

Par : Lucie Nizard

 

Ferveur, « Femmes » :


Et tout dit à la femme : « Allez à la douleur ! »
M.D.-V.


Complexe chair offerte à la virilité,

Femme, amphore profonde et douce où dort la joie,
Toi que l’amour renverse et meurtrit, blanche proie,
Œuf douloureux où git notre pérennité,

Femme qui perds la vie au soir où ta jeunesse
Trépasse, et qui survis pour des jours superflus,
Te débattant, passé qu’on ne regarde plus,
Dans le noir du destin où ton être se blesse,

Humanité sans force, endurante moitié
Du monde, ô camarade éternelle, ô moi-même !…
Femme, femme qui donc te dira que je t’aime
D’un coeur si gros d’amour et si lourd de pitié1 ?

 

 

Lucie Delarue est une femme de lettres et artiste française née en 1894 à Honfleur, et morte le 26 avril 1945, quelques jours avant la fin de la guerre dont elle avait déploré les sanglantes absurdités. Dernière de six filles, elle reçoit l’éducation soignée mais ornementale des jeunes bourgeoises de son temps, et fréquente les salons en vogue de la Belle-Epoque lorsque ses parents déménagent à Paris. Elle ne tarde pas à faire montre de multiples talents qu’elle explore jusqu’à la fin de sa vie, touchant de ses doigts d’or à tous les arts, et se muant en poétesse, en journaliste, en romancière, en historienne, en sculptrice ou encore en dessinatrice.

D’abord demandée en mariage par Philippe Pétain, elle échappe à un destin dramatiquement autre en épousant en 1900 Joseph Mardrus, médecin d’origine égyptienne et traducteur d’une version à succès des Mille et Une Nuits. Nous ne voulons retenir de cette union que ce qu’elle a apporté à l’art de Lucie, c’est-à-dire des voyages en Orient qui ont parfumé toute son œuvre d’un rêve aux couleurs vives. L’union de Lucie et Joseph est dissoute en 1923, et la postérité a démenti la plainte de Mademoiselle Delarue dans son poème « L’épouse » : « Je suis la femme d’un mari / Pour toute ma vie. » Lucie Delarue se veut plutôt « Homme du jour », comme le titre un journal de 1911 en caricaturant son visage androgyne.

Dans le Paris artistique et mondain de la Belle-Epoque puis des années folles, elle noue les « secrètes amours » qui lui inspirent le recueil du même nom. Comme la poétesse Renée Vivien, elle devient la maîtresse de Natalie Barney, puis de Romaine Brooks et Germaine de Castro. Plus que sa sexualité, qui nous regarde somme toute fort peu quand elle ne concerne pas ses revendications de poétesse saphique, c’est son œuvre qui gagnerait à être davantage mise en lumière. D’un éclectisme qui confine à la malle au trésor, le monument littéraire qu’elle a laissé à une ingrate postérité se compose d’au moins soixante-dix œuvres, où se mêlent tous les genres, des romans (une quarantaine) au théâtre en passant par le conte, le récit de voyage, les mémoires, la biographie, les chroniques…

Dans chacune de ses œuvres l’on retrouve un féminisme d’avant-garde, qui met en question l’identité féminine telle qu’on l’impose et la naturalise à la Belle Epoque. Lucie Delarue s’élève ainsi contre l’injonction à la maternité, dans le poème « Le Bébé » qui en réfute la dimension instinctive avec une liberté de ton surprenante pour sa date de publication (1901) :

Car, devant le poupon aux charmes éternels

Pour lequel à jamais s’extasieront les mères,

Mon sombre cœur de femme en ses fibres amères

Ignore le frisson des amours maternels2

Le féminisme de Lucie Delarue-Mardrus est animé par une fervente volonté de s’élever contre la violence issue selon elle d’un principe mâle. Les femmes se doivent selon elle de combattre cette brutalité de l’autre sexe pour la survie collective de l’espèce. Ainsi dans « Ci-gît », paru après la Grande Guerre, la poétesse invective ses sœurs pour en faire des Amazones de la douceur :

O passante! Etre humain qui n’a pas dans le sang
Le démon mâle de la guerre,
Femme, femme, ô douceur ! Femme, coeur frémissant,
Ecoute ce que dit la terre !3

Cet argumentaire de la femme incarnation de la mansuétude et à l’écoute de la Terre-Mère n’est pas sans rappeler certains courants écoféministes actuels, y compris dans le risque essentialiste qui peut les guetter.

Lucie Delarue a également mené un combat acharné contre les violences sexuelles, notamment à travers ses récits fictionnels. Dans son roman Marie, fille-mère, elle raconte avec un pathos bouleversant l’injustice tragique subie par sa jeune héroïne, violée, abandonnée enceinte par celui que le texte désigne sans ambages comme « son agresseur », puis traînée dans la misère la plus noire avec son bébé, avant d’être assassinée par son nouvel époux. Marie incarne le destin de toutes les femmes au destin piétiné par la violence masculine, dont Lucie Delarue se fait une dénonciatrice virulente, claire et directe, comme dans cet extrait où Marie vient d’annoncer sa grossesse illégitime à sa mère :

Toutes deux, réunies dans la même épouvante, sentaient bien que, malgré la distance d’âge et la faute qui les séparait, elles étaient semblables dans leur angoisse féminine, parce que leurs âmes et leurs corps se ressemblaient, parce qu’il y a une complicité entre les femmes et que l’honneur n’a pas, pour elles, le même sens que pour les hommes. Ah ! ne souffre-t-on pas de la même façon, qu’on soit coupable ou légitime ? Est-ce que ce ne sont pas les mêmes flancs qui portent le même fardeau ? Est-ce que ce n’est pas la même chair secrète et délicate qui sera brutalisée par la maternité ? Est-ce que ce n’est pas le même cœur aveugle et persuadé qui se précipite au-devant des malheurs de l’amour4 ?

Face aux agressions masculines, Lucie Delarue propose une éthique de la sororité, une « camaraderie de la douleur5», qui transparaît dans sa poésie où l’expérience féminine devient un secret partagé entre des femmes alliées comme des sœurs de douleur :

Alors, mon passé m’apparaît

Comme l’histoire d’une autre âme,

Quelque chose comme un secret

Qu’un jour m’aurait dit une femme6.

 

A. Delannoy, Les Hommes du jour, 1911.
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

 

 

Lucie Delarue-Mardrus dessinée par Jean Cocteau

 

Pour aller plus loin :

Certains romans et recueils de poèmes de Lucie Delarue-Mardrus se trouvent en accès libre sur Gallica.

Voici par exemple son recueil Ferveur, daté de 1902 :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9691679h.texteImage

On trouve un certain nombre de poèmes de Lucie Delarue-Mardrus lus sur youtube. Ce sont généralement les plus enfantins d’entre eux, enregistrés pour des enfants, ce qui a le mérite de montrer que l’on apprend encore les poésies de Lucie Delarue-Mardrus en cours de récitation :

https://www.youtube.com/watch?v=PpG3moJyAS8

https://www.youtube.com/watch?v=o_n-HvNWUD0

Francis de Miomandre, « Lucie Delarue-Mardrus », in L’Art moderneRevue critique hebdomadaire, 28e année, n°8, Bruxelles, 23 février 1908.

Christine Planté (Direction), Femmes poètes du XIXe siècle : une anthologie, Littérature et idéologies au XIXe siècle, Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1998.

Notes

  1. Lucie Delarue-Mardrus, Ferveur, « Femmes », Paris, [Paris], p.52. []
  2. Lucie Delarue-Mardrus, Occident, « Le Bébé », 1901. []
  3. Lucie Delarue-Mardrus, Les sept douleurs d’octobre, « Ci-gît », 1930. []
  4. Lucie Delarue-Mardrus, Marie, fille-mère, Paris, Fasquelle, 1908, p.78. []
  5. Idem, p.166. []
  6. Lucie Delarue-Mardrus, Poésies, « Le Secret ». []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/02/2020

    […] Lien vers l’article de l’ancien carnet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search