Kimpa Vita – Béatrice du Congo

Par : Charlotte Laure

« La vérité est que Jésus-Christ n’est pas Blanc, mais Noir. Les pères de l’Église sont africains et le Kongo est la Terre Sainte1 »

 

Sanny Sessa incarnant Kimpa Vita dans le documentaire de « Kimpa Vita : la mère de la révolution africaine » de Ne Kunda Nlaba.

Kimpa Vita est une figure historique congolaise. A la fin du XVe siècle, les Portugais ont envoyé des missionnaires dans le royaume Kongo et initié la traite négrière. Deux siècles plus tard, Kimpa Vita, prophétesse mystique, fonde le mouvement religieux antonianiste qui mêle catholicisme et religions traditionnelles : elle aurait eu des visions de Saint-Antoine (noir) lui demandant de réunifier le royaume du Kongo. En 1706, elle est condamnée pour hérésie et brûlée vive sur un bûcher. On la surnomme parfois la « Jeanne d’Arc congolaise » et elle aurait inspiré des mouvements nationalistes après sa mort2.

Affiche du parti BDM pour l’anniversaire de la mort de Kimpa Vita3

Béatrice du Congo est le personnage éponyme d’une pièce de théâtre écrite par l’auteur ivoirien Bernard Dadié (Présence Africaine, 1970). La pièce a été mise en scène par Jean-Marie Serreau au festival d’Avignon en juillet 1971 et la comédienne sénégalaise Khady Tiam interprétait le rôle de Béatrice. Bernard Dadié en fait une résistante à la colonisation qui met en garde son roi face aux Bitandais (Portugais).

Dans la pièce, alors qu’elle est sur le bûcher, Béatrice clame que sa mort sacrificielle n’est que le début d’une révolte qui vise à libérer son pays des prédations coloniales :  « Me brûler ! N’avez-vous pas froidement assassiné le roi parce qu’il avait enfin compris qu’il n’était que votre captif… Me brûler ! Prenez garde que l’incendie allumé ne s’éteigne qu’avec le départ du dernier Bitandais… du dernier Bitandais, j’ai dit… […] Que ma terre cesse d’être appendice, mine, caverne, réservoir, carrière, grenier pour les autres, enfer pour nous4 ».

Comédienne Khady Tiam (photographie Wikipédia)

La chanteuse belge d’origine congolaise Alexia Waku a consacré une chanson à Kimpa Vita:

Notes :

  1. Paroles prêtées à Kimpa Vita par Elodie Descamps dans son article « Kimpa Vita, étoile révolutionnaire et « Jeanne d’Arc du Kongo » », Jeune Afrique, 7 mars 2018 [https://www.jeuneafrique.com/444727/societe/kimpa-vita-lespoir-kongo/]. []
  2. Ibid. []
  3. [http://mbutamassee.afrikblog.com/archives/2018/07/01/36528552.html] []
  4. Bernard Dadié, Béatrice du Congo, Paris, Présence Africaine, 1970, p. 144-146. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 04/02/2020

    […] Lien vers l’article de l’ancien carnet. […]

  2. 12/11/2020

    […] « La vérité est que Jésus-Christ n’est pas Blanc, mais Noir. Les pères de l’Église sont africains et le Kongo est la Terre Sainte1 » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search